Sécurité en mer et émigration clandestine : L’ANAM forme 511 capitaines d’embarcations à Saint-Louis

0
743
Durant cinq jours à Saint-Louis , à compter de ce lundi 11 septembre , cinq cent onze (511) capitaines d’embarcations non pontées exerçant des activités de pêche et de transports de passagers ou de marchandises vont bénéficier pour la cinquième fois  d’une formation organisée par l’Agence nationale des affaires des affaires maritimes( ANAM ) , dans le cadre de sa douzième session.
L’objectif selon Aboubacar FAYE,  directeur des gens de mer , du travail maritime  et de la formation à l’Agence nationale des affaires des affaires maritimes ANAM est de renforcer les capacités des capitaines d’embarcations qui sont déjà opperationnels sur le terrain et qui exercent leurs activités au quotidien.
Les modules choisis tournent autour des limites maritimes du Sénégal , du phénomène de l’émigration irrégulière par des acteurs de la pêche  , à l’amélioration des secours et assistance de pirogues autour de la brèche de Saint-Louis entre autres.
« L’accent est mis sur les aspects relatifs à la sécurité  en mer, à la survie et à tout ce qui touche au secourisme .C’est aussi d’autres modules qui sont dispensés sur tout ce qui touche à la mécanique préventive, les  aspects liés à la météo , à la communication en memétéorologie mais également deux aspects importants qui sont d’actualité et qui concernent le phénomène de l’émigration clandestine et le développement des activités offshore , notamment du gaz à Saint-Louis. Lance Aboubacar FAYE .
Le capitaine Bamba GUEYE qui est le commandant de la base navale Nord, par ailleurs formateur , a magnifié la formation qui va, d’après lui, permettre aux bénéficiaires d’obtenir une surqualification dans leur domaine pour plus de sécurité  .
« Le Sénégal est signataire de beaucoup de conventions et parmi ces conventions, il ya celles qui limitent l’espace maritime du Sénégal  et  les gens de mer doivent le savoir.
Le deuxième point c’est d’aborder le fléau de l’émigration clandestine ,un fléau majeur qu’il faut juguler. Et le dernier point de mon intervention c’est de parler des conditions ou des mesures d’amélioration de la sécurité au niveau de la brèche de Saint-Louis. Vous savez que ça fait l’objet de beaucoup d’accidents et d’appels de détresse et il faudrait qu’on trouve ensemble avec les gens de mer de meilleurs mécanismes pour pouvoir raccourcir les délais d’intervention et sauver des vies » A t-il souligné .
Pour Babacar Faye ,  directeur de l’école nationale formation maritime , la structure a déployé  tous les moyens nécessaires  pour  que les objectifs assignés soient atteints
« Nous voulons  permettre aux pêcheurs d’avoir une bonne participation en matière de  sécurité en matière de navigation.
Nous déployons cette formation pour que les pêcheurs restent parce qu’on a besoin de ces produits.
Nous voulons  leur permettre d’avoir les capacités pour fructifier et rentabiliser leurs activités.A t-il conclut.
Ami GUÉYE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.