Contribution : Rupture d’avec le Pastef, plutôt. ( par Pape Ibrahima Faye)

0
219

Il le faut nécessairement. Car du peu qu’ils nous ont montré, les leaders du Pastef ne sont pas des républicains.

Les exemples font foison. Les plus caractéristiques restent les attitudes anti-démocratiques que les députés issus de l’opposition ont fait montre le jour de l’installation de la 14eme législature.

Ils ont été tout sauf républicains.

Et pourtant, quand on les entend parler, ils sont les seuls sénégalais soucieux de la démocratie.

Tout aussi, ils restent les seuls sénégalais respectueux des bonnes pratiques démocratiques ou de bonne gouvernance.

Cependant, il n’était pas possible pour le sénégalais, qui voulait tester de la probité intellectuelle des leaders d’opposition, de le faire.

La raison est simple. Ces derniers n’avaient absolument rien à gérer.

La donne a changé, avec le temps. Les populations, qui les ont confié quelques pouvoirs, peuvent juger les actes après les discours manipulateurs. Car du très peu que gèrent les opposants, ils montrent ne pas être au niveau.

Toutes les promesses faites par eux ne sont pas tenues, au grand désarroi d’une certaine frange de la population désabusée, trompée, manipulée.

Pour exemple : le cumul de mandat !

Il est à rappeler, soit dit en passant, que Ousmane Sonko a cumulé ses mandats de député-Maire pendant sept (7) mois.

Le plus ubuesque est vu ce jour.

Et, c’est plus risible pour ne pas dire triste s’il provient du leader de Pastef non moins édile de Ziguinchor.

 

Après avoir réceptionné les camions de ramassage d’ordures commandés par le Maire sortant et actuel Directeur général de l’APIX, Monsieur Abdoulaye Balde, il les a *coloriés* aux couleurs du Pastef et pour couronner avec le ridicule, le nom du programme politique de ce parti, BUROK, est inscrit en lettres très visibles sur les camions.

Est-ce cela la rupture annoncée ?

Encore que le Président de la République, son Excellence Monsieur Macky Sall a toujours mis ce pays sous bonne orbite. En conséquence, il ne doit y avoir une quelconque rupture.

Plutôt, une consolidation du travail admirablement bien fait.

Aujourd’hui, ce à quoi on constate lugubrement à Ziguinchor est une tentative de patrimonialisation du pouvoir local.

C’est véritablement triste.

Ainsi, est-il invité, en définitive, les sénégalaises et sénégalais à ouvrir les yeux pour mieux distinguer la bonne graine de l’ivraie.

Car ceux-là en face du pouvoir et qui ne pardonnent rien au pouvoir ne sont que des adeptes du populisme. Ni plus ni moins.

 

Pape Ibrahima Faye

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.