CENTENAIRE DU PRYTANE MILITAIRE DE SAINT-LOUIS :LE PRÉSIDENT MACKY SALL PROPOSE UNE DEUXIÈME ÉCOLE MILITAIRE DANS UNE AUTRE RÉGION ET L’INTEGRATION DES FILLES..

0
414
Le centenaire du Prytanée militaire Charles N’TCHORERE de Saint-Louis a été célébré ce samedi 11 février , sous la présidence d’honneur du chef suprême des armées , le président Macky SALL.
Le chef de l’Etat a, au cours de la cérémonie,  invité les enfants de troupe à prendre conscience des fortes attentes de leurs peuples respectifs et du continent dans la marche vers l’avenir et s’est engagé à porter une attention particulière à cet établissement dans le cadre de la politique nationale de développement de l’éducation et de la formation.
Dans ce sens, le président de la république a donné des instructions aux ministres de l’éducation nationale et des forces armées  pour la mise en place d’un autre Prytanée militaire dans une autre région du Sénégal.
 » Après cent ans d’existence, le pays a besoin de franchir une nouvelle étape. J’invite les ministres des forces armées et de l’éducation nationale a engagé la réflexion pour l’ouverture prochaine d’un deuxième école Prytanée militaire , dans une autre région du Sénégal « . A-t-il déclaré avant de proposer la perspective d’une d’intégration du personnel féminin dans ce nouvel établissement à l’instar des autres écoles africaines  du même genre africain. Une idée qui devrait occuper une place importante dans cette réflexion.
Le thème retenu pour ce centenaire est : « cent ans d’excellence et d’intégration africaine « .
Un thème qui colle bien au crédo de l’école qui vit l’intégration africaine au quotidien , selon le colonel commandant du prytanée militaire Mamour SARR.
Depuis 1923, l’école a formé plus de six mille (6000) enfants de troupes dont 1806 élèves issus de 14 autres pays africains et de trois européens. Aujourd’hui, le pourcentage des pays étrangers est de 27% de l’effectif de l’école
Se prononçant sur le thème, le président en exercice de l’Union Africaine a évoqué les défis de l’Afrique liés à la dégradation de sa situation sécuritaire et à sa marginalisation croissante dans l’économie mondiale.
« Dans ce monde de compétition qui ne laisse aucune chance aux nations faibles parce que divisé, notre salut réside incontestablement dans la voix de l’intégration , plus que jamais dans la continuité des pères fondateurs du panafricanisme, nous avons besoin de prendre en main notre propre destin en faisant confiance à la créativité et a la vitalité de la jeunesse africaine imbue de valeurs de travail et de solidarité ». Lance-t-il avant d’ajouter : « La dimension panafricaniste de cette école et l’espoir que suscite les enfants de troupes nous confortent dans notre pari sur la jeunesse et l’éducation  pour réaliser notre ambition d’une Afrique solidaire et maitresse de son destin « .
Ami GUEYE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.