Le MEER-UGB déclare la guerre à Guy Marius Sagna : « Nous ne laisserons pas un activiste, politiquement engagé, accéder à l’espace universitaire ».

1
924

Chers compatriotes, chers camarades et chers acteurs de l’université,
Le MEER/UGB est au regret de constater que la revendication syndicale à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis tend vers un activisme politique qui semble être l’aboutissement d’un long processus d’influence, une influence infeste de surcroit, générée et entretenue par des gens, jadis, tapis dans l’ombre, détenant un agenda secret et excellant dans l’art de la victimisation. Ces mêmes, qui, pour un quart d’heure de gloire, ne rechignent nullement à tomber comme de la neige, c’est-à-dire, un peu trop bas !

En effet, le Mouvement FRAPP, par ailleurs, bras armé du parti politique PASTEF semble perdre de vue l’essence voire la quintessence de la mission dont elle se revendique, quoique nous doutons fort que prétendre combattre l’impérialisme soit pertinemment lié avec une pareille ingérence dans les relations entre une structure syndicale autonome et l’autorité de tutelle.

Cette ingérence n’est que la résultante d’un désir ardent et vicieux, de déstabiliser le pays en passant par les universités publiques. Nous informons les autorités nationales et locales que nous ne laisserons pas d’une part, un activiste, politiquement engagé et qui n’est pas étudiant de surcroît, accéder à l’espace universitaire pour dénaturer le caractère apolitique du syndicalisme étudiant et d’autre part, un ex-ministre de la république, à des fins personnelles ou revanchardes, déstabiliser le pays. Nous restons convaincus que l’université est, par excellence un lieu de haut savoir où la liberté d’expression et d’opinion doivent être de mise et que, par la même occasion, les représentants d’étudiants restent libres de dérouler leurs revendications, mais nous n’accepterons guère, que ces dernières ne se fassent point dans les règles de l’art et que la cause étudiante serve de tribune à des gens avides de pouvoir dont l’obsession au dénigrement découle sur un tantinet de malhonnêteté.

C’est ainsi que, pour défendre la stabilité de notre université qui n’a pas encore cicatrisé ses plaies, nous prendrons toutes nos responsabilités !

MEER / UGB

1 COMMENTAIRE

  1. Guy marius sagna un homme animé de mauvaise foi
    On a tout compris votre jeux, tu es indigne ,dépourvu de valeurs
    tu ne rimes pas avec les réalités du, ton visage dérange,
    Vous ne ne dirigerez jamais le Sénégal (histoire)
    Sénégal défa am borom

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.